Comme un ti-cul dans une bonbonnière

par artsinternes

le ti-cul et ses bonbonsJe l’ai dit et je le répète, je suis compulsif. En vieillissant, j’essaie quand même de choisir l’objet de mes compulsions et de faire en sorte qu’il soit plus positif que destructeur (je crois bien que la pédale douce ne sera simplement jamais pour moi, chacun sa voie)… C’est le cas avec le tai chi, le pourquoi de ce blogue d’ailleurs.

J’ai commencé ma pratique il y a près de 10 ans, bien que très éparpillée jusqu’à il y a un peu plus de deux ans. Je m’entraîne depuis ce temps pratiquement à tous les jours sous la supervision hebdomadaire de Sifu Julien Valiquette, avec qui je m’entraîne depuis 2005 (malgré plusieurs arrêts pour cause de blessures et de maîtrise), d’abord en kung fu (Zhaquan) et maintenant en tai chi de style Chen (le plus spectaculaire et ouvertement martial). Je tiens à dire que cet entraînement de maître à étudiant est de loin le plus important pour moi, que rien ne remplace ce rapport et que je continuerai toujours à m’entraîner du mieux que je peux de la sorte.

Sauf que je suis curieux, et compulsif (je l’ai déjà dit, je crois). Mon maître m’a mis sur la piste d’un maître américain, Bruce Frantzis, qui a longtemps étudié en Chine auprès de grands maîtres très réputés, au point de devenir le premier Occidental connu à être titulaire d’une lignée taoïste officielle. Bruce Frantzis a écrit de nombreux livres, je l’ai d’ailleurs connu par ses écrits sur le qi gong (le travail sur l’énergie interne, notamment dans Opening the Energy Gates of Your Body). En tant que titulaire d’une lignée taoïste, Frantzis est non seulement maître de qi gong, mais aussi de méditation, de tai chi, de hsing-i et de bagua (deux autres arts martiaux internes, moins connus que le tai chi).

Disons les choses clairement. Bruce Frantzis est extrêmement compétent (même si certains affirment qu’il a parfois un problème d’attitude, ce qui est plutôt commun dans le monde des arts martiaux, allez savoir), mais c’est aussi un Américain qui sait très bien se mettre en marché. Toujours est-il qu’il a monté un programme de perfectionnement de tai chi composé de plus d’une cinquantaine de dvd et de plusieurs centaines de pages de documentation pour développer et approfondir la pratique de cracks comme moi. Je vous ai dit que j’étais compulsif?

Ben oui, j’ai payé la petite fortune requise pour mettre la main sur ce matériel et, pour être honnête, je suis absolument enchanté par ce que j’ai vu à date. C’est vrai que c’est cher payé et je ne le recommanderais absolument pas à quelqu’un qui ne pratique pas déjà le tai chi et qui croirait pouvoir apprendre grâce à des vidéos. Le tai chi est un art interne et les mouvements externes n’en sont que la manifestation. Seul un maître qualifié qui nous regarde faire peut vraiment nous faire comprendre le flot de l’énergie et corriger notre posture et petits défauts. Je tiens à dire que je tiens mon maître en très haute estime et qu’il est la personne avec qui je perfectionnerai ma pratique, genre à jamais. Mais, d’un autre côté, on a jamais trop d’information, compulsivement parlant.

Alors voilà, j’ai reçu mes premiers dvd hier, et je me sens comme un ti-cul dans une bonbonnière. Pour vous donner une idée, voici deux vidéos extraits du programme pour débutants. En ce qui me concerne, ce n’est pas tant la forme (de style Wu, que j’ai pratiqué brièvement il y a longtemps) qui m’intéresse, que les principes (universels) qui y sont détaillés. Comme dirait l’autre, à chacun ses compulsions…